C’est le quatrième titre de champion de France de l’histoire du club parisien, le deuxième d’affilée. Le PSG n’avait pas perdu un match à domicile depuis novembre 2012.

Le Paris SG a été sacré champion de France pour la deuxième fois consécutive mercredi 7 mai, après le match nul de Monaco contre Guingamp (1-1), confirmant l’hégémonie naissante du club de la capitale depuis l’arrivée de ses nouveaux propriétaires qataris à l’été 2011.

La fête est sensiblement gâchée par la défaite 2 à 0 face à Rennes à domicile. C’est la première fois depuis novembre 2012 que le club parisien perd au Parc des Princes.

C’est le quatrième titre de champion de France de l’histoire du club parisien, mais le deuxième d’affilée pour un club qui a basculé dans une autre dimension avec son rachat par Qatar Sports Investments et qui a dépensé plus de 380 millions d’euros en transferts depuis.

« PSG, champion pendant dix ans »

Paris avait déjà remporté le championnat en 1986, 1994 et donc 2013.

Mercredi, le PSG a été sacré sans même attendre son match contre Rennes à 21h, puisque Monaco son dauphin, a été tenu en échec 1-1 sur sa pelouse par Guingamp. Les Monégasques ont sept points de retard sur le PSG alors qu’il ne leur reste que deux matches à jouer.

S’achemine-t-on désormais vers un championnat écrasé dans les prochaines années par le PSG ?

« Il y a un club, le PSG, qui va être champion pendant dix ans. Monaco [passé aux mains d’un milliardaire russe, NDLR] sera derrière pendant dix ans », pronostiquait récemment Michel Platini, président de l’UEFA, dans le Journal du Dimanche.

Il y a tout de même une ombre au tableau. Les experts de l’UEFA vont sanctionner le PSG, sans doute en fin de semaine, pour non-respect des règles du fair-play financier.

Les sanctions prévues sont lourdes avec, en plus d’une amende de 60 millions d’euros sur trois ans, un encadrement de la masse salariale et une restriction des joueurs inscrits en Ligue des champions.

Pour l’heure, les joueurs parisiens, gagnés par une forme de lassitude en cette fin de saison, sont heureux de toucher enfin ce titre.

Il y a une dizaine de jours, le gardien Sirigu avouait trouver le temps long. « Ca me rappelle quand j’étais encore à l’école, ma mère était +chiante+ parce qu’elle était professeur, et alors que les vacances arrivaient elle m’avait dit: ‘c’est ta dernière interrogation à l’école, si tu la réussis, tu n’es plus obligé d’y aller’. Là, c’est comme les derniers jours d’école ».

Et de conclure: « Si on l’a [le titre, NDLR] ça passe et on va à la mer, et sinon on continue. Mais on aimerait aller à la mer ».

Place à la Coupe du monde

Mais tous les joueurs du PSG ne vont pas aller à la mer. Ils vont pour beaucoup d’entre eux se concentrer sur la Coupe du monde, comme par exemple les Brésilien Thiago Silva et Maxwell, l’Uruguayen Cavani ou encore les Français Matuidi et Cabaye.

Pour les deux derniers matches du championnat, le coach Laurent Blanc devrait logiquement ménager certains « mondialistes » pour ne pas risquer une blessure avant le Mondial au pays du foot roi.

Les propriétaires qataris du PSG avaient demandé à Blanc de faire mieux que son prédécesseur Carlo Ancelotti, qui avait « seulement » gagné le titre en L1.

« Le Président » vient de remporter le titre et la Coupe de la Ligue. C’est mieux, mais il restera une grosse frustration: la Ligue des champions.

L’objectif était de se hisser en demi-finales alors que le PSG d’Ancelotti s’était arrêté en quarts.

Alors que le PSG avait remporté son quart aller contre Chelsea 3-1, il a été cruellement éliminé dans les dernières minutes, battu 2-0 à Stamford Bridge sans avoir jamais maîtrisé la partie.

Sans doute juste une fête au Parc

Toucher du doigt le dernier carré européen et le laisser filer de la sorte a généré une grosse amertume.

La question du contrat de Blanc, qui court pour l’heure jusqu’en juin 2015, devrait pourtant être très rapidement réglée. L’ancien défenseur des Bleus champions du monde en 1998 attendait le titre pour donner sa réponse à une offre de prolongation.

Pour ce qui est des festivités, après les incidents du Trocadéro de la saison passée, il y a fort à parier qu’il n’y aura pas de célébration du club sur la voie publique à Paris.

Selon toute vraisemblance, le PSG présentera son trophée à son public au Parc des Princes, environnement désormais pacifié et facile à sécuriser, lors de la 38e et dernière journée le 17 mai contre Montpellier.

C’est d’ailleurs de cette façon que les joueurs parisiens ont fêté leur récente Coupe de la Ligue, furtivement exhibée à l’issue du match de L1 contre Evian il y a 15 jours.

LAISSER UNE RÉPONSE